L'héritage du chanteur de Ghazal Jagjit Singh

Jagjit Singh est connu comme le chanteur de ghazal le plus titré de tous les temps, obtenant à la fois des éloges critiques et des succès commerciaux et dont la voix émouvante a touché des millions de cœurs.

La voix du chanteur Jagjit Singh a hypnotisé des millions de personnes en Inde à travers le monde. Ses fans sont fous de ses ghazals fascinants - l'une des formes poétiques les plus répandues et les plus populaires, en particulier au Moyen-Orient et en Asie du Sud. Jagjit Singh avait maîtrisé l'art d'exprimer la douleur et la tristesse à travers des chansons mélodieuses magnifiquement écrites.

PUBLICITÉ

Le voyage de cet homme de Jagmohan à Jagjit n'a pas été facile. Le père de Jagmohan, Amir Chand, est né dans une famille hindoue mais il avait adopté le sikhisme et s'appelait désormais Sardar Amar Singh. Ses conditions étaient désastreuses car il était pauvre et devait travailler toute la journée. Cependant, il s'est consacré à étudier la nuit et a obtenu un emploi au gouvernement où il a d'abord été affecté à Bikaner au Rajasthan. Un beau jour où il voyageait de Bikaner à sa ville natale Sri Ganganagar, il a rencontré une belle fille sikh nommée Bachchan Kaur dans le train et une fois que leur conversation a commencé, elle ne s'est jamais terminée car ils se sont tous les deux mariés. Ils ont eu 11 enfants, dont seulement quatre ont survécu dont Jagmohan était l'un d'entre eux né à Sri Ganganagar en 1941.

Après l'indépendance de l'Inde en 1947, ce fut une période très difficile pour la nation car elle commençait à se tenir debout et chaque personne luttait pour la nourriture et les moyens de travail. En ces temps difficiles, il n'y avait pratiquement pas de place pour des formes d'art comme la musique. Mais selon l'histoire, au milieu de tout cela, un jeune homme prometteur s'est aventuré dans les rues de Sri Ganganagar au Rajasthan, dans le nord de l'Inde.

Un jour particulier, le père de Jagmohan l'a emmené chez son gourou religieux qui a prédit et conseillé que si Jagmohan changeait de nom, un jour il gagnerait ce monde entier avec une compétence particulière. A partir de ce jour Jagmohan est devenu Jagjit. Il n'y avait pas d'électricité à cette époque et Jagjit avait l'habitude d'étudier sous une lampe à pétrole après le crépuscule, bien qu'il n'était pas très passionné par les études. Jagjit avait un amour et une passion immenses pour le chant dès son plus jeune âge et la première chanson qu'il a chantée était alors qu'il étudiait encore à l'école de Khalsa et plus tard en 1955, il a chanté pour de grands des compositeurs. Il avait également l'habitude de chanter des Gurbani (hymnes religieux) à Gurudwaras - lieu saint des sikhs dès son plus jeune âge.

Plus tard, Jagjit a déménagé à Jalandhar au Pendjab dans le nord de l'Inde pour des études supérieures où il a obtenu son baccalauréat ès sciences au collège DAV. Tout au long de ses années universitaires, il a chanté de nombreuses chansons et en 1962, il a chanté une chanson devant le Dr Rajendra Prasad, le premier président de l'Inde, lors de la célébration de la journée annuelle de l'université. Son père a toujours souhaité que Jagjit étudie plus dur et devienne un ingénieur ou un bureau bureaucratique considéré comme un travail très respectable au sein du gouvernement. Pour répondre aux souhaits de son père, Jagjit s'est rendu à Kurukshetra dans l'Haryana pour faire sa maîtrise ès arts en histoire.

Au cours de ses jours de post-diplôme, Jagjit s'est rendu à Shimla dans l'Himachal Pradesh pour chanter pour une occasion particulière et a accidentellement rencontré Om Prakash qui était un acteur célèbre de l'industrie cinématographique indienne. Om Prakash a été tellement impressionné par le chant de Jagjit qu'il a immédiatement demandé à Jagjit de venir à Mumbai, le berceau de l'industrie indienne du cinéma et de la musique. Jagjit a rapidement accepté et a déménagé à Mumbai où il a d'abord survécu en faisant des petits boulots, puis a commencé à gagner de l'argent en composant des jingles publicitaires et en faisant des performances en direct lors de réceptions de mariage.

Malheureusement, ce n'était pas un voyage très agréable pour Jagjit car il n'a rien pu accomplir et s'est retrouvé sans le sou pour même survivre à Mumbai et il est donc rentré chez lui en voyageant caché dans les toilettes d'un train. Cependant, cette expérience n'a pas tué l'esprit de Jagjit et en 1965, il était déterminé à passer sa vie avec la musique et il a donc de nouveau déménagé à Mumbai. L'un des amis les plus proches de Jagjit, Haridaman Singh Bhogal, a arrangé de l'argent pour que Jagjit se rende à Mumbai et continuerait également à envoyer de l'argent pour l'aider à survivre dans la grande ville. Jagjit a obtenu une aide financière de son généreux ami, mais pendant ses jours difficiles, il a dû faire face à de nombreuses difficultés.

Jagjit a finalement appris la musique classique des célèbres chanteurs de l'époque - Mohammed Rafi, KL Sehgal et Lata Mangeshkar. Plus tard, son intérêt pour une carrière professionnelle dans la musique a encore progressé et il a décidé de suivre une formation au format de la musique classique auprès des compétents Ustad Jamal Khan et Pandit Chagan Lal Sharma ji. Fait intéressant, pendant ses jours difficiles à Mumbai, il a même fait un petit concert d'acteur dans le film "Amar" du réalisateur Subhash Ghai en tant qu'ami du protagoniste principal.

La famille de Jagjit ignorait totalement qu'il était à Mumbai car il rentrait chez lui pendant ses vacances universitaires. Lorsqu'il ne s'est pas rendu à la maison pendant une longue période, son père a demandé au frère de Jagjit de demander des informations aux amis de Jagjit sur ses allées et venues. Bien qu'un de ses amis ait informé le frère de Jagjit que Jagjit avait abandonné ses études et avait déménagé à Mumbai, mais son frère a choisi de garder le silence à ce sujet. Après environ un mois, Jagjit lui-même a écrit une lettre à sa famille leur disant toute la vérité et qu'il avait également cessé de porter son turban parce qu'il estimait que l'industrie de la musique n'accepterait peut-être pas un chanteur sikh. Son père était furieux de le savoir et a cessé de parler à Jagjit à partir de ce jour.

Pendant son séjour à Mumbai, Jagjit a eu la chance de travailler avec la société HMV, une grande société de musique de l'époque et son premier EP (jeu prolongé) est devenu très populaire. Il a ensuite rencontré Chitra Dutta, un Bengali en chantant un jingle publicitaire en duo et étonnamment Chitra n'a pas aimé la voix de Jagjit au début. Chitra était mariée à l'époque et avait une fille, mais elle a divorcé en 1968 et Jagjit et Chitra se sont mariés en 1971. Ce fut une année glorieuse pour Jagjit Singh et lui et Chitra ont été appelés le «couple Ghazal». Ils ont été bénis avec un fils peu de temps après qu'ils ont nommé Vivek.

Cette même année, Jagjit avait un album de musique à succès nommé "Super 7". Son album le plus important et le plus légendaire était "The Unforgettables" utilisant des chœurs et des instruments électroniques, une opportunité qui lui a été donnée par HMV après quoi il est devenu une star du jour au lendemain et c'était vraiment sa première grande réussite. "The Unforgettables" était un album très vendu à une époque où il n'y avait pas de marché pour les albums autres que les films. Il a reçu un chèque de 80,000 1977 INR en XNUMX, ce qui était une somme très importante à l'époque. Après avoir vu Jagjit réussir, son père a recommencé à lui parler.

Le deuxième album de Jagjit "Birha Da Sultan" est sorti en 1978 et la plupart de ses chansons ont été un succès. Par la suite, Jagjit et Chitra ont sorti un total de seize albums. Il est devenu le premier musicien indien à enregistrer un album CD purement numérique "Beyond Time" en 1987 enregistré sur des côtes étrangères en dehors de l'Inde, au milieu de cette séquence de succès, Jagjit et Chitra ont subi une tragédie personnelle dévastatrice. Leur fils Vivek est mort dans un accident de la route à l'âge de 18 ans. Après cette douloureuse tragédie en 1990, Chitra et Jagjit ont tous deux abandonné le chant.

Jagjit revient au chant en 1992 et donne sa voix à de nombreux poètes. Il a produit plusieurs albums avec l'écrivain Gulzar et a composé les airs d'un drame télévisé «Mirza Ghalib» écrit par Gulzar. Jagjit prête également sa voix à 'Geeta Shloko' et 'Shree Ram Charit Manas' et de tels hymnes lorsqu'ils sont récités par Jagjit Singh donnent un sentiment paradisiaque aux auditeurs. Certaines des plus belles œuvres de Jagjit sont venues après la perte de son fils, car cela semblait avoir un effet enrichissant sur son cœur. En Inde, les gens connaissaient la musique classique, mais la manière dont la voix de Jagjit se connecte avec l'homme ordinaire est incroyable. Bien qu'il ait chanté d'une voix si émouvante, c'était une personne très amicale et joviale. Il adorait le vélo car cela lui rappelait cette jeunesse.

Les gens de tous les groupes d'âge admirent non seulement le chant de Jagjit Singh, mais aussi les paroles émouvantes et les compositions de ghazal. Jagjit a fait de la belle poésie et a rendu hommage à chaque auteur-compositeur dans son propre style. Il a toujours été d'un grand soutien envers ses collègues avec qui il a toujours eu des relations amicales. En 1998, il a subi une crise cardiaque majeure à la suite de laquelle le médecin lui a suggéré de subir un pontage pour lequel il n'était pas d'accord. Il a plutôt décidé de rendre visite à son ami à Dehradun, Uttrakhand qui était un spécialiste ayurvédique et Jagjit a pleinement confiance en son traitement. Après un mois, il a repris son travail.

Jagjit Singh est le seul chanteur-compositeur indien à avoir produit deux albums pour l'ancien Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee qui est lui-même poète - appelés Nayi Disha et Samvedna. En 2003, il a reçu Padmabhushan, la troisième plus haute distinction civile du pays pour sa contribution au chant. En 2006, il a reçu le Teachers' Lifetime Achievement Award. Malheureusement, une autre tragédie a eu lieu en 2009 lorsque la fille de Jagjit et Chitra est décédée, les plongeant à nouveau dans la tristesse.

En 2011, après avoir eu 70 ans, Jagjit a décidé de faire un "concert 70" dans lequel il a présenté une chanson à la mémoire de son fils intitulée "Chitti Na Koi Sandes, Jaane Who Kaunsa Desh, Jahan Tum Chale Gaye' traduit par 'pas de lettre ni de message, je ne sais pas quel est cet endroit où tu es allé'. En septembre 2011, Jagjit Singh a subi une hémorragie cérébrale et après avoir été dans le coma pendant 18 jours, il est décédé le 10 octobre 2011. Cet homme a apporté des ghazals à l'homme ordinaire et il a reçu un énorme succès car beaucoup de ses chansons sont considérées comme des classiques. Il est certainement le plus populaire chanteur de ghazal de tous les temps. Ses chansons « Jhuki Jhuki Si Nazar » et « Tum Jo Itna Muskra Rahe Ho » du film hindi Arth ont exprimé une ode intemporelle aux sentiments d'amour, de passion et d'admiration silencieuse. Ses chansons comme "Hosh Walon Ko Kya Khabar Kya" et "Hothon Se Chhu Lo Tum" expriment la tristesse, le désir, la douleur de la séparation et l'amour à sens unique. Jagjit Singh a laissé derrière lui un bel héritage de chansons fascinantes qui seront chéries par des millions d'auditeurs pendant longtemps.

***

PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Pour des raisons de sécurité, l'utilisation du service reCAPTCHA de Google est requise et est soumise à Google. Politique de confidentialité et Conditions d’utilisation.

Je suis d'accord à ces termes.