Qu'est-ce qui indispose JNU et Jamia et les universités indiennes en général?
Attribution : Pallav.journo, CC BY-SA 4.0 , via Wikimedia Commons

'' JNU et Jamia Milia Islamia assistent à des scènes affreuses lors de la projection d'un documentaire de la BBC '' - rien d'étonnant en fait. Les protestations de la CAA contre le documentaire de la BBC, à la fois JNU et Jamia et de nombreuses autres grandes universités indiennes font régulièrement l'actualité des mouvements politiques et des troubles sur leurs campus. Financées et financées par l'argent des contribuables, ces institutions d'enseignement supérieur apparaissent à première vue davantage comme une pépinière politique que comme une université chargée, aux frais des contribuables, d'éduquer/former des ressources humaines pour qu'elles deviennent des chercheurs, des innovateurs, des entrepreneurs et d'autres professionnels dédiés au développement personnel, sociétal et national. Bien sûr, dans l'Inde post-indépendance, les universités ne sont plus mandatées pour former des politiciens professionnels - ce travail est désormais laissé à un processus électoral profondément enraciné, du panchayat de village aux élections législatives, qui offrent une voie claire pour un politicien de carrière dans la politique représentative. avec une mise en garde raisonnable que l'idéologie de l'utopie révolutionnaire n'est plus tenable. Mais les politiciens resteront des politiciens, donc ce qu'il faut faire, c'est sensibiliser les apprenants à la valeur de l'argent durement gagné des contribuables et à l'impératif de leur propre développement personnel et familial (sinon du développement national). Une façon d'y parvenir pourrait être de considérer les universités comme des prestataires de services d'enseignement supérieur dans le cadre d'une économie nationale plus large et de les gérer selon les principes de la gestion d'entreprise pour garantir l'efficacité. Les étudiants deviendront des acheteurs/utilisateurs des services des universités qui paieront directement aux prestataires le coût de l'enseignement supérieur. Le même argent qui est actuellement utilisé pour fournir des subventions aux universités sera utilisé pour payer directement les frais de scolarité et les frais de subsistance des étudiants qui l'utiliseront à leur tour pour payer les prestataires pour leurs services. Ainsi, la Commission des bourses universitaires deviendra un régulateur sectoriel. Un nouvel organisme de financement des étudiants devra être créé qui approuvera les bourses d'études et les prêts aux étudiants sur la base de l'offre d'admission et du contexte économique et social des étudiants (pour garantir l'équité). Les étudiants choisiront l'université en fonction du classement et de la qualité des services fournis par les universités. Cela insufflera une concurrence sur le marché indispensable entre les universités indiennes, ce qui est impératif compte tenu du plan récemment publié visant à permettre aux universités étrangères réputées d'ouvrir et d'exploiter des campus en Inde. Les universités indiennes devront rivaliser avec les universités étrangères pour survivre et éviter de créer des « deux classes » d'Indiens instruits. L'Inde doit passer de la dyade « utilisateur-fournisseur » à la triade « utilisateur-payeur – fournisseur » pour garantir l'efficacité, l'équité et la qualité de la fourniture des services d'enseignement supérieur.  

Au milieu des nouvelles de l'Inde en développement, le premier vaccin intranasal au monde et de la grande célébration de la démocratie en Inde sous la forme de 74th Jour de la République, sont également venus les rapports de jets de pierres, de combats et de protestations par des corps étudiants politiques tels que SFI dans les premières universités indiennes JNU et JMI à propos de la projection de films controversés. BBC documentaire qui porte prétendument atteinte à l'intégrité des autorités constitutionnelles indiennes, en particulier de la Cour suprême.  

PUBLICITÉ

Situées dans la capitale New Delhi, l'Université Jawaharlal Nehru et l'Université Jamia Milia Islamia (lit. Université islamique nationale) ont été créées par des lois du Parlement et sont réputées des universités centrales d'éminentes entièrement financées par le gouvernement avec l'argent des contribuables. Les deux sont bien connus en Inde pour l'excellence académique ainsi que pour la politique étudiante méchante et mesquine qui se déroule sur le campus. À certaines occasions, les deux campus apparaissent davantage comme des champs de bataille politiques que comme des institutions de recherche de renom financées par des fonds publics et engagées dans des activités universitaires et dans la construction de la nation pour générer une «valeur» pour l'argent dépensé par le peuple indien. En fait, JNU a un long pedigree de politique de gauche depuis sa création et a produit de nombreux dirigeants de gauche comme Sita Ram Yechury et Kanhaiya Kumar (aujourd'hui membre du Congrès). Dans un passé récent, les deux universités étaient au centre des manifestations anti-CAA à Delhi.  

Le dernier épisode de la série concerne les "perturbations" dans les deux campus à propos de la projection du deuxième épisode de Documentaire de la BBC "India: The Modi Question" qui remet alors en question la réponse de Gujarat CM Modi aux émeutes d'il y a deux décennies et dénonce le fonctionnement du système judiciaire et l'autorité des tribunaux indiens. Fait intéressant, la Pakistanaise Hina Rabbani a utilisé ce documentaire pour défendre le gouvernement Sharif. Apparemment, les étudiants de gauche souhaitaient une projection publique tandis que l'administration souhaitait décourager en prévision des troubles sur le campus. Pourtant, le dépistage a continué et il y a des rapports de scènes affreuses de jets de pierres et d'actions policières.  

La politique des étudiants a joué un rôle important dans la lutte pour la liberté de l'Inde. L'Inde a atteint la liberté en 1947 grâce aux combattants de la liberté des nuances. Par la suite, le peuple indien a élaboré sa Constitution qui a vu le jour le 26th Janvier 1950. En tant que plus grande démocratie fonctionnelle, l'Inde est un État-providence qui garantit la liberté et les droits humains fondamentaux à tous, dispose d'un système judiciaire indépendant et très affirmé et d'une tradition démocratique et de processus électoraux profondément enracinés. Les gens élisent régulièrement des gouvernements qui restent au pouvoir pour une durée déterminée jusqu'à ce qu'ils jouissent de la confiance de la Chambre.  

Au cours des sept dernières décennies environ, une bonne infrastructure d'enseignement supérieur a vu le jour en Inde, grâce aux efforts successifs du gouvernement. Cependant, ces institutions sont largement financées par l'État et sont faibles sur les critères d'efficacité et de qualité. Il y a plusieurs raisons à cela, mais la « politique des étudiants » est l'une des principales raisons. Il m'a fallu cinq ans pour terminer un cursus de trois ans à l'Université de Ranchi en raison d'une session retardée en grande partie à cause de la politique sur le campus. Il n'est pas rare de trouver un environnement académique vicié dans les campus à travers le pays, même dans des universités réputées comme JNU, Jamia, Jadavpur, etc. Les épisodes actuels d'agitation sur les campus en réponse au documentaire de la BBC ne sont que la pointe de l'iceberg.   

Après l'indépendance, le mandat des universités indiennes est d'éduquer / former les ressources humaines indiennes pour qu'elles deviennent des chercheurs, des innovateurs, des entrepreneurs et d'autres professionnels dédiés au développement personnel, familial et national et justifient la valeur de l'argent public dépensé pour les faire fonctionner. Être une pépinière pour les futurs politiciens ne pouvait plus être raison d'être pour leur existence qui est bien prise en charge par le cheminement de carrière clair de la politique professionnelle dans une démocratie représentative parlementaire profondément enracinée, du panchayat de village au niveau du parlement, qui offre également un espace suffisant pour les idéologies révolutionnaires de différentes nuances.  

L'un des moyens de corriger le statu quo actuel consiste à sensibiliser les étudiants à la valeur de l'argent durement gagné par les contribuables et à l'impératif de leur propre développement personnel et familial (sinon du développement national), ce qui nécessite à son tour un changement dans l'apparence de l'Inde. dans les établissements d'enseignement supérieur de « établissement public » à « fournisseur de services gérés efficacement ».  

Considérer les universités comme des prestataires de services d'enseignement supérieur comme faisant partie d'un ensemble national plus large économie géré et exploité selon les principes de la gestion d'entreprise a le potentiel d'améliorer l'efficacité et la qualité.  

Actuellement, le gouvernement paie et fournit des services aux utilisateurs (étudiants) sans que les utilisateurs ne soient conscients du coût des services. Ce qu'il faut, c'est une séparation entre le payeur et le fournisseur. Dans ce cadre, les étudiants deviendront des acheteurs/utilisateurs des services des universités. Ils paieront directement aux prestataires (universités) le coût de l'enseignement supérieur sous forme de frais de scolarité. Les universités ne reçoivent aucun financement du gouvernement. Leur principale source de revenus sera les frais de scolarité payés par les étudiants qui, à leur tour, recevront du gouvernement. Le même argent qui est actuellement utilisé pour fournir des subventions aux universités sera utilisé pour payer directement les frais de scolarité et les frais de subsistance des étudiants qui l'utiliseront à leur tour pour payer les fournisseurs pour leurs services. De cette façon, la Commission des bourses universitaires devient le régulateur sectoriel. 

Un nouvel organisme de financement des étudiants devra être créé qui fournira 100% des fonds pour couvrir les frais de scolarité et les frais de subsistance de tous les étudiants candidats sous la forme de bourses d'études et de prêts sur la base de l'offre d'admission des universités. Économie et l'origine sociale des étudiants peuvent être prises en compte pour garantir l'équité. 

Les étudiants choisiront le cours et le fournisseur (université) sur la base du classement et de la qualité des services fournis par les universités, ce qui implique que les universités se feront concurrence pour attirer des étudiants afin de générer des revenus. Ainsi, cela insufflera une concurrence sur le marché indispensable entre les universités indiennes, ce qui est impératif de toute façon compte tenu du plan récemment publié pour permettre aux universités réputées universités étrangères pour ouvrir et exploiter des campus en Inde. Les universités indiennes devront rivaliser avec les universités étrangères pour survivre et éviter de créer des « deux classes » d'Indiens instruits.  

L'Inde doit passer de la dyade « utilisateur-fournisseur » à la triade « utilisateur-payeur – fournisseur » pour assurer le triple objectif d'efficacité, d'équité et de qualité dans l'enseignement supérieur. 

*** 

Article connexe:

L'Inde autorisera les universités étrangères réputées à ouvrir des campus 

PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
S'il vous plaît entrer votre nom ici

Pour des raisons de sécurité, l'utilisation du service reCAPTCHA de Google est requise et est soumise à Google. Politique de confidentialité et Conditions d’utilisation.

Je suis d'accord à ces termes.